×
Home Collection Événements A Propos Contact

Pendule d’époque Louis XVI d’après Vion



Pendule d’époque Louis XVI d’après Vion

Le mouvement est un mouvement de huit jours avec un échappement tic-tac. Le mécanisme de sonnerie de la roue de comptage frappe les heures et les demi-heures sur une seule cloche. Les heures sont indiquées par des chiffres romains et les minutes par des chiffres arabes. Les guichets d'enroulement sont placés de manière asymétrique. À gauche du cadran émaillé se trouve un petit bouton pour le mécanisme de sonnerie. Elle est signée Ch. le Roy Paris sur la platine du mouvement et Charles le Roy à Paris sur le cadran émaillé. Le cadran émaillé est daté du 8 octobre 1771 au dos. Le ressort du mécanisme de sonnerie porte également cette date.

Cette petite pendule de cheminée Louis XVI, très richement exécutée, est formée d'un obélisque central en marbre rouge reposant sur quatre pieds griffes. L'obélisque est décoré d'une applique en bronze doré avec des attributs militaires et couronné d'une couronne royale, reposant sur un coussin. De part et d'autre du mécanisme d'horlogerie placé au centre se trouvent des personnages en bronze patinés, posés sur des socles rocheux. À gauche un putto assis et casqué tenant une corne d'abondance, abondamment remplie de couronnes et de décorations princières avec un palmier derrière lui. À droite, un putto se tient devant un tronc d'arbre et porte une couronne de laurier.
Le tout est posé sur une base rectangulaire, décorée de volutes et de fleurs, portée par quatre pieds boule.

Cette pendule de cheminée a été exécutée plusieurs fois et certaines versions portent l'inscription sur l'obélisque : PRINCIPUM DECUS, ou à la gloire du souverain. Ce modèle de pendule de cheminée a été réalisé par François Vion, qui en a publié le dessin vers 1770 dans un livre appelé "Livre desseins", aujourd'hui conservé à la Bibliothèque Doucet à Paris.

François Vion (vers. 1737- 1790) était l'un des bronziers les plus éminents de son temps. Il est devenu maître en 1764. Il s'est spécialisé dans le domaine de l’horlogerie. Ses dessins avec des animaux sont très courants. Les horloges sont généralement de petite taille et se distinguent par l'originalité de leur conception et la qualité particulièrement élevée de leur finition au niveau des détails. Nombre de ses horloges ont trouvé leur place dans les palais royaux.


Charles le Roy (1709- 2 octobre 1771) devient maître horloger en 1733. Au début, il s'est concentré sur les mouvements de montres, mais à partir de 1760, la production de montres a fortement diminué. Charles le Roy dirigeait un atelier où il travaillait avec son fils Etienne-Augustin (1737-après 1792) qui devint maître en 1758 et fut ensuite nommé "Horloger du Roi" par le roi Louis XVI. Après la mort de son père en 1771, il reprit son atelier et continua à signer les horloges du nom de son père.

Une pendule similaire est illustrée dans La pendule Française de Pierre Kjellberg à la page 242, image A. et provient de l'ancienne collection de Pascal Izarn.

Provenance:
Collection privée, Belgique

Littérature:
Pierre Kjellberg, La pendule Française, 1997, p. 242-243

Pendule d’époque Louis XVI d’après Vion
Prix sur demande
Période
1771
Matériaux
bronze doré au feu et bronze patiné, obélisque en faux marbre, cadran émaillé
Signature
Charles le Roy à Paris
Dimensions
46.5 x 20 x 11 cm

Expedition mondial disponible