×
Home Collection Événements A Propos Contact

Paire de bougeoirs en céramique de Delft, vers 1678-1686



Paire de bougeoirs en céramique de Delft, vers 1678-1686

Ces bougeoirs colonnes sur une base sphérique ronde et aplatie avec nodus et tige sont peints d'un décor de Chinoiserie représentant des Chinois dans un paysage avec des arbres et des buissons. Les bougeoirs tirent leur forme des modèles européens en argent, qui sont apparus pour la première fois vers 1650. Ce modèle allait devenir très populaire par la suite. Tout au long de la seconde moitié du XVIIème siècle, ce type de chandelier a été produit dans diverses variantes et matériaux. Il y avait de petits et de grands bougeoirs, avec ou sans pieds lobés ou tiges torsadées, en argent, en étain et en laiton, mais aussi en faïence de Delft blanche et peinte et en faïence simple au plomb.

Les bougeoirs font parfois partie d'un service de toilette, mais ils sont généralement d'une taille inférieure. Le service de WC en argent de 1653-1658, fabriqué à La Haye pour Veronica van Aerssen van Sommelsdijk et aujourd'hui conservé au Musée des Beaux-Arts de La Haye, ne mesure que 16,5 cm de haut. Ce modèle de chandelier est également représenté plus d'une fois sous son aspect argenté dans des tableaux de Gerard Ter Borch.
Les bougeoirs étaient toujours fabriqués en une ou plusieurs paires, puis proposés à la vente. Lors du tirage de loterie de Durgerdam de 1689, le cinquième prix est une paire de bougeoirs en argent de ce modèle, d'une valeur de 100 florins.

Dans le dernier quart du XVIIème siècle, ces grands bougeoirs de table de Delft étaient autant appréciés que leurs homologues en argent. Dans une ode au château de Roosendaal en 1700, un cadeau de la reine Mary Stuart à la résidente Johanna Margaretha van Arnhem est chanté :
Al wat men by en op een tafel heeft te setten
Is hier van porcelein: Een koelbak en lampetten
Veel schotels, groot en klein, vier arremkandelaars,
En and’re, die men set op tafel met een kaars,
Sout-,Suyker-, peper-vat, geen lepels uitgesondert,
 En wat dan huisraad eyscht: so dat sich elk verwonderd
Der Fraaje vinding, meer dan om de Delffsche konst,
Die in dit proeffstuk blykt van ’s Koninginnes gonst.

Tout ce que l'on doit mettre à côté et sur une table
Est ici de la porcelaine : un rafraichissoir et des lampadaires
De nombreux plats, grands et petits, quatre bougeoirs,
Et d'autres que l'on pose sur la table avec une bougie,
Des pots à sel, à sucre et à poivre, pas de cuillères,
Et tout ce que la décoration souhaite : pour que chacun s’étonne...
La subtilité féminine, plus que l'habileté du Delft,
Qui, dans cet exercice, montre le contentement de la Reine.

Le "Delftse Konst", la "porcelaine" sur la table, était un cadeau de la reine, qui s'était entourée dans ses palais de Delffse Porceleyne sous toutes ses formes. Elle était très appréciée dans les milieux les plus élevés, faisait l'objet de nombreux éloges et, lors d'occasions spéciales, était même utilisée sur une table garnie d’une magnifique damas. Non seulement ce beau poème, mais aussi la taille de cette paire de bougeoirs anciens indique une utilisation sur la table de salle à manger.
Ces bougeoirs ont été fabriqués au « A Grec » sous la direction de Samuel van Eenhoorn. C'était un cadeau de mariage de ses parents en 1678, mais probablement, avant de prendre la direction de l'école, il a travaillé pendant quelques années à connaître la céramique à fond. Le jeune maître-céramiste n'a dirigé l'usine que pendant sept ans en tant que propriétaire-gérant. Il est mort en 1685. Ses initiales, qui étaient la marque de l'usine à cette époque, ont encore été utilisées par l'usine pendant plus d'un an. En 1687, la veuve de Samuel a vendu l'usine à son beau-frère Adrianus Kocx. De nombreux objets de la période de Samuel van Eenhoorn sont, comme ces bougeoirs, décorés de motifs de chinoiserie. Le bleu foncé de la peinture et les différentes nuances de couleur dans le bleu indiquent que la décoration a été réalisée au début de la période de sept ans pendant laquelle Samuel van Eenhoorn était à la tête de la fabrique.
Très peu d'exemples de ce grand modèle de chandelier en faïence de Delft ont été conservés. Une raison importante de cette rareté doit être la manière dont ces bougeoirs étaient fabriqués à Delft. Comme il était d'usage pour les bougeoirs en argent, le fût était fabriqué séparément de la base. À Delft, le pied et le fût creux avec son grand nodus ont été tournés séparément à la main, puis assemblés. Avec l'argent, cela se faisait avec de la soudure, avec la faïence, les pièces étaient "collées" avec de la pâte d'argile. La liaison entre la base et le fût est donc fragile, ce qui explique probablement pourquoi de nombreux bougeoirs ont été perdus au cours du processus de fabrication, notamment pendant la cuisson de la céramique. Les bougeoirs, qui ont été recouverts d'une glaçure d'étain, joliment peints puis cuits une nouvelle fois, ont été livrés dans toute l'Europe. Au cours de leur utilisation - par exemple, en les posant un peu trop fort ou en enlevant la cire des bougies après le dîner - la grande majorité de ce qui a été produit et placé sur la table d'un client important aura été endommagé, cassé et finalement jeté au cours des siècles. Pour ces raisons, les paires de ces bougeoirs sont devenues très rares au cours des 350 dernières années. Nous n'avons pas connaissance d'une paire de cette taille et de cette forme pour la seconde moitié du XVIIème siècle. Seuls les bougeoirs ronds, d'une hauteur minimale de 20 cm, datant d'avant 1700 ont été inclus dans la liste ci-dessous ; les bougeoirs modèles à la financière et certains spécimens plus petits datant d'avant 1700 n’ont pas été repris.


Un seul exemplaire, marqué SVE, avec un décor de chinoiserie se trouve au Kunstmuseum Den Haag, hauteur 25,7 cm (inv.no. OC(D)1-1965).
Un deuxième exemplaire séparé, marqué SVE, avec un pied lobé et une tige cannelée, se trouve au Rijksmuseum, hauteur 25,5 cm (inv.no. BK-1958-22).
Un seul exemplaire SVE8 marqué d'un décor floral se trouve au Musée royal d'Art et d'Histoire de Bruxelles, hauteur 25,7 cm (inv. n° Ev.626).
Deux paires, marquées LvE, avec une tige torsadée et un décor de petites fleurs, peu après 1700, se trouvent à Paleis het Loo, hauteur 20 cm (inv. no. RL 978 1-2, RL 6368 1-2).
Un chandelier précoce non marqué, datant d'environ 1660, se trouve dans la collection du Rijksmuseum. Ce spécimen avec une bobêche ajoutée plus tard a une hauteur de 31 cm. (n° d'inv. BK-NM-5182).
Un chandelier non marqué se trouve au musée d'Arnhem, mesurant 22,5 cm de hauteur (inv. no. AB 8294).

Notes:
1  Johannes d’Outrein, Roosendaalsche vermaaklykheden of Wegwyser door de Heerlykheit Roosendaal (Amsterdam 1700, 1712, 1718). Het werk is een lofdicht over de pracht en verschillende kunstwerken van kasteel Roosendaal.

Littérature:
M. Van Aken Fehmers, Delfts Aardewerk, Geschiedenis van een nationaal product, Zwolle 1999, p. 96.
J.D. van Dam, Delffse Porceleyne, Dutch delftware 1620-1850,  Zwolle 2004, p. 82.
A.M.L.E. Erkelens, ’s Koninginnes Gonst, Delftse vazen van Mary Stuart’, Antiek 23e jaargang no. 3 (1988), pp. 88-92.
A.M.L.E. Erkelens, Delffs Porcelijn' van koningin Mary II: ceramiek op Het Loo uit de tijd van Willem III en Mary II, Zwolle 1996, pp. 140-142.
J. ter Molen, ‘de loterijprent van Durgerdam’, Antiek 27e jaargang no.3 (1992-1993), pp. 115, 116.

Paire de bougeoirs en céramique de Delft, vers 1678-1686
Prix sur demande
Période
ca. 1680
Matériaux
Céramique de Delft.
Signature
Les deux sont marqué: SVE et 8, Marque de cuisson : De Grieksche A sous Samuel van Eenhoorn
Dimensions
25.8 cm
Diameter
19.20 cm

Expedition mondial disponible