×
Home Collection Événements A Propos Contact

Relief Allemand répresentant Susanna et les Vieillards, attribué à Antonio Leoni



Relief Allemand répresentant Susanna et les Vieillards, attribué à Antonio Leoni

Ce spectaculaire bas-relief en ivoire de « Susanne et les Vieillards » est un nouvel ajout à un groupe en ivoire du sculpteur vénitien sur ivoire Antonio Leoni (actif 1704-1716, Düsseldorf), l'un des sculpteurs de la cour de l'électeur palatin Johann Wilhelm II (1658-1717) à Düsseldorf.

En raison de son encadrement imposant et de ses variantes de profondeur de sculpture, l’ivoire actuel se rapproche plus d’un diorama que d’un bas- relief. Bien que des artistes reconnus tels que Francis van Bossuit et son collègue sculpteur à la cour de Düsseldorf, Ignaz Elhafen, aient également travaillé leurs reliefs de cette manière, c'est Antonio Leoni qui maitrise le mieux cette technique. Un bas-relief avec le martyre de Saint-Laurent, tiré de la collection de l'électeur palatin au Bayerisches Nationalmuseum (Berliner, op. Cit., No 464), est réalisé de manière identique mais avec une partie supérieure séparée. La même paire de grands bas-reliefs orientés horizontalement représentant « Le rapt de Proserpine » et « Le sacrifice d'Iphigénie » dans le même musée sont construits de la même manière et regorgent de détails extrêmement similaires (voir Schmidt, op. Cit.). L'exécution de l’arrière-plan, avec des nuages apparemment aplatis et laiteux sculptés dans le bas-relief, confrontés à l'impressionnante tridimensionnalité des arbres tordus avec des feuilles clairsemées et des fissures dans l'écorce révélant le bois en dessous, est particulièrement marquante (illustré par Baumstark, op.cit. , page 295). La souplesse arrondie du fond de la scène met en avant la nudité de Susanne, dont la douce anatomie ressemble à celle de Proserpine et de ses assistants malgré les poses torturées et les expressions faciales désespérées. Notez également la disposition de leurs doigts étirés, avec le majeur et l'annulaire plus proches l'un de l'autre. Comme dans le bas-relief de Proserpine, les visages barbus des hommes présentent le même profil que celui de Pluton et des dieux du fleuve, de même que les barbes étroites disposées en tresses. Cependant, un grand Saint-Roch debout, longtemps attribué à Leoni (Berliner, op. Cit., N ° 465) et la figure à l'extrême gauche du relief susmentionné du Saint-Laurent se comparent encore plus précisément, notamment si l’on compare les tenues vestimentaires. Enfin, la surface du premier plan est constituée de roches cireuses irrégulières parsemées de quelques pousses de feuillage. Ceci est une caractéristique de tous les bas-reliefs de Leoni, mais on le voit mieux dans la merveilleuse Conversion de Saint-Paul de la collection de l'Electeur Palatin à Munich, qui est entièrement signé : Antonius Leoni Venetus F. (Berliner, op.cit., No. 466).

Grâce au mariage de sa sœur avec l’empereur Léopold Ier et à son propre mariage avec Anna Maria Luisa de Medici, l’électeur palatin Johann Wilhelm II a eu accès aux dernières modes courtoises d’Europe et aux artistes les plus talentueux. Des peintres tels que Eglon van der Neer, Adriaen van der Werff et Jan Weenix ont contribué à sa vaste galerie de tableaux à la cour alors qu'il commandait aussi une énorme quantité d'œuvres à Rubens à Anvers. La sculpture a été importée de l'atelier de Massimiliano Soldani-Benzi à Florence, tandis que Gabriel Grupello, Ignaz Elhafen et Antonio Leoni qui vivaient à la cour de Düsseldorf ont fait le travail de garniture de l’ivoires. Sous le généreux patronage de l’électeur, les trois artistes se sont épanouis et ont produit des ivoires extraordinairement importants mais complexes dans un style baroque presque pictural. Antonio Leoni a rejoint la cour en 1704 et une grande chope inachevée de la collection de l'électeur à Munich montre qu'il a abandonné son poste à la mort de Johann Wilhelm II en 1716 (Berliner, op. Cit., N ° 477). La signature sur la conversion de Paul l'identifie comme étant un vénitien mais, malgré ses talents précoces, on ignore comment Leoni s'est retrouvé à Düsseldorf ou ailleurs après 1716.


Litterature:
R. Berliner, Die Bildwerke in Elfenbein, Knochen, Hirsch- und Steinbockhorn mit einem Anhange: Elfenbeinarbeiten der staatlichen Schlossmuseen in Bayern, cat. Bayerisches Nationalmuseum, Munich, Augsburg, 1926, pp. 98-102, nos. 464-477;
Johann Wilhelm Kürfürst von der Pfalz als Mäzen, exh. cat. Kunstmuseum der Landeshauptstadt Düsseldorf, Dusseldorf, 1958, pp. 5-9 and 28-29, nos. 97-100, figs. 99-100; R. Baumstark and P. Volk (eds.), Apoll Schindet Marsyas. Uber das Schreckliche in der Kunst, exh. cat. Bayerisches Nationalmuseum, Munich, 1995, pp. 257-259, no. 55;
E. Schmidt and M. Sframeli (eds.), Diafane Passioni. Avori barocchi dalle corti europee, exh. cat. Palazzo Pitti, Museo degli Argenti, Florence, 2013, pp. 298-301, nos. 108-109.

Provenance:
Albrecht Neuhaus, Würzburg
Collection privé, Allemagne

Relief Allemand répresentant Susanna et les Vieillards, attribué à Antonio Leoni
Prix sur demande
Période
ca. 1704-1716
Matériaux
ivoire ; cadre en bois avec moulures en laiton et placage d'ébène incrusté de laiton et de nacre
Dimensions
16 x 12.4 x 4.5 cm

Expedition mondial disponible