×
Home Collection Événements A Propos Contact

Paire de bougeoirs d’époque Empire



Paire de bougeoirs d’époque Empire

Paire de grands chandeliers Empire en bronze doré reposant sur une base circulaire avec une riche décoration de palmettes et de fleurs. Le fût octogonal effilé est soutenu par trois pattes de lion reposant sur une sphère. Au sommet du puits, trois bustes féminins avec des draperies, représentant peut-être les Vierges Vestales. Les bobèches sont stylisées en forme de vase et à nouveau décorées de palmettes.

Cette conception prononcée avec des éléments stylistiques typiques peut être attribuée avec une grande certitude à Claude Galle (1759-1815).

Le célèbre fondeur de bronze Claude Galle est né à Villepreux, près de Versailles, en 1759. Très tôt, il s'installe à Paris pour travailler comme apprenti auprès du fondeur de bronze Pierre Foy. En 1784, Galle épouse la fille de Foy et, après la mort de son beau-père en 1788, il reprend son atelier. Sous la direction de Galle, la fonderie est devenue l'une des principales fonderies de France, employant environ 400 travailleurs. La société a d'abord été transférée au Quai de la Monnaie (plus tard appelé Quai de l'Unité) et en 1805 à l'adresse 60 Rue Vivienne. Galle est mentionné pour la première fois dans les registres du commerce en 1784 et enregistré comme maître-fondeur en 1786. Il reçoit rapidement les commandes de Jean Hauré, qui était directeur du "Garde-Meuble de la Couronne" entre 1786 et 1788.

Galle est connu pour avoir collaboré très souvent avec Pierre-Philippe Thomire et pour avoir fourni la plupart des ornements en bronze du mobilier du château de Fontainebleau à l'époque de l'Empire. En plus du bronze pour le mobilier, Galle fournit également de nombreux vases, cruches décoratives, luminaires, horloges et autres bronzes décoratifs à la cour impériale pour les palais : Saint-Cloud, Trianon, Tuileries, Compiègne, Rambouillet ainsi qu’un certain nombre de palais italiens dont le Monte Cavallo, Rome et Stupinigi près de Turin.
Bien que Galle n'ait jamais eu peur des commandes, sa situation financière était souvent loin d'être rose. Cela était dû d’une part à son style de vie exubérant, mais aussi au fait que plusieurs de ses clients importants, dont le prince Joseph Napoléon, ne payaient tout simplement pas leurs factures. Après la mort de Galle, l'entreprise est reprise par son fils, Gérard-Jean Galle (1788-1846). Les œuvres de Galle font partie de nombreuses collections dans le monde entier, notamment celles du Musée national du Château Malmaison, du Musée Marmotan à Paris, du Museo de Relojes à Jerez de la Frontera, de la Residenz à Munich et du Victoria & Albert Museum à Londres.

Sur le bord du pied, les chandeliers sont marqués T104-Mo et T104-Vo.

Paire de bougeoirs d’époque Empire
Prix sur demande
Période
1807
Matériaux
bronze doré
Dimensions
30.5 cm
Diameter
15.00 cm

Expedition mondial disponible