×
Home Collection Événements A Propos Contact

Pendule d’époque Empire



Pendule d’époque Empire

Le mouvement possède un train de marche de huit jours avec un échappement à ancre. Le mécanisme de sonnerie situé sur la plaque de verrouillage frappe les heures pleines à l'heure et les demi-heures simples. Le cadran est signé Revel. Les heures sont indiquées par des chiffres romains et les minutes par des chiffres arabes.

Le mouvement est placé au centre de la composition de l'horloge. Sur le côté droit du boîtier de l'horloge est assis un élégant personnage féminin, vêtu d’une robe ancienne et jouant de la harpe. Ses partitions sont posées sur un guéridon tripode, et, par-dessus son épaule, elle regarde Amor qui tient un parchemin sur lequel sont inscrits les mots "Bouton de rose". Son arc et une torche allumée reposent à côté de lui sur un tabouret à pattes de lion. Sous le cadran on voit une draperie exubérante. L'ensemble de la composition est placé sur un socle en marbre vert, qui est décoré d'appliques en bronze doré faisant référence à l'histoire de la composition. Le bloc de marbre est soutenu par six pieds gracieux décorés de grappes de raisin suspendues posés sur une plaque de base en bronze doré.

Le design inhabituel de cette horloge a été inspiré par un poème intitulé "Bouton de rose", de Constance-Marie de Théis, princesse de Salm-Dyck (1767-1845). Le poème, publié en 1785 dans l'Almanach des Grâces, est devenu célèbre à la fin du XVIIIème siècle lorsqu'il a été mis en musique par le compositeur Louis-Barthélémy Pradher (1782-1843). Le chanteur populaire Pierre-Jean Garat (1762-1823) la chante dans les salons à la mode et la dédie à la beauté de Joséphine, épouse du futur empereur Napoléon.

L'horloge peut être attribuée à Pierre-Philippe Thomire.
Pierre-Philippe Thomire (1751-1843) est l'un des plus célèbres fondeurs et sculpteur de bronze de l'Empire français. Bien que Thomire ait reçu une formation de sculpteur, il choisit, comme son père, la profession plus lucrative de fondeur de bronze. Il est devenu le principal artiste du bronze du XVIIIème siècle. Thomire s'est formé dans l'atelier de Gouthière, puis a créé sa propre entreprise, qui produisait des ornements en bronze pour les meubles. Plus tard, Thomire devient l'assistant de Duplessis, qui est directeur de la Manufacture de Sèvres. Après la mort de Duplessis en 1783, Thomire se recentre sur la fonte du bronze et fournit les montures en bronze doré pour la porcelaine. En 1809, Thomire est nommé "Ciseleur de l'Empereur".

Joseph-Marie Revel
Bien que l'on sache peu de choses sur cet horloger, nous savons qu'il était connu et respecté tout au long de sa carrière. Il est décédé à Paris en 1811. Devenu maître horloger, il ouvre un atelier dans la Vieille rue du Temple, puis est admis au Palais Royal entre 1787 et 1790, puis au Palais Egalité vers 1800, et enfin au Palais Tribunat entre 1804 et 1806.

Provenance:
La Pendulerie, Paris
Collection privée, Londres

Littérature:
Philippe Malgouyres, Porphyre; la pierre pourpre des Ptolémées aux Bonaparte, Paris, 2003

Pendule d’époque Empire
Prix sur demande
Période
ca. 1805
Matériaux
bronze doré, cadran émaillé, marbre “vert de Grèce”
Signature
Revel
Dimensions
60 x 41 x 20.5 cm

Expedition mondial disponible